Размер шрифта:     
Гарнитура:GeorgiaVerdanaArial
Цвет фона:      
Режим чтения: F11  |  Добавить закладку: Ctrl+D
Следующая страница: Ctrl+→  |  Предыдущая страница: Ctrl+←
Показать все книги автора/авторов: Echenoz Jean
 

«Au Piano», Jean Echenoz

Иллюстрация к книге

I

1.

Deux hommes paraissent au fond du boulevard de Courcelles, en provenance de la rue de Rome.

L'un, de taille un peu plus haute que la moyenne, ne parle pas. Sous un vaste impermГ©able clair et boutonnГ© jusqu'au cou, il porte un costume noir ainsi qu'un nЕ“ud papillon noir, et de petits boutons de manchette montГ©s en quartz-onyx ponctuent ses poignets immaculГ©s. Bref il est trГЁs bien habillГ© mais son visage livide, ses yeux fixГ©s sur rien de spГ©cial dГ©notent une disposition d'esprit soucieuse. Ses cheveux blancs sont brossГ©s en arriГЁre. Il a peur. Il va mourir violemment dans vingt-deux jours mais, comme il l'ignore, ce n'est pas de cela qu'il a peur.

L'autre qui l'accompagne est d'apparence tout opposГ©e: plus jeune, nettement moins grand, menu, volubile et souriant trop, il est coiffГ© d'un petit chapeau Г  carreaux bruns et beiges, vГЄtu d'un pantalon dГ©colorГ© par plaques et d'un chandail informe portГ© Г  mГЄme la peau, chaussГ© de mocassins marbrГ©s d'humiditГ©.

Il est bien, ton chapeau, finit par observer l'homme très bien habillé alors qu'ils vont atteindre les grilles du parc Monceau. Ce sont les premiers mots qu’il prononce depuis une heure. Vous trouvez, s'inquiète l'autre. Il est pratique en tout cas, c'est un fait, mais esthétiquement je ne sais pas trop qu'en penser. C'est de la récupération, n'est-ce pas, je n'aurais pas acheté ça moi-même. Non, non, dit l'élégant, il est bien. C'est mon beau-fils qui l'a trouvé dans le train, précise l'autre, quelqu'un avait dû l'oublier. Mais il était trop étroit pour lui, voyez-vous, la boîte crânienne de mon beau-fils est extrêmement volumineuse, d'ailleurs il a un énorme QI. Moi, c'est juste à ma taille, ce qui ne m'empêche pas d'être plus bête, je veux dire pas plus bête qu'un autre. Tiens, si on se faisait un petit tour dans le parc.

De part et d'autre de la rotonde oГ№ se tiennent les agents de surveillance du parc, les deux portails monumentaux en fer forgГ© surchargГ© d'or Г©taient ouverts. Les deux hommes les franchirent, pГ©nГ©trГЁrent dans le parc et, un moment, le plus jeune parut hГ©siter quant Г  la direction Г  prendre.

Il masquait son hГ©sitation en parlant sans cesse, comme s'il n'Г©tait lГ  que pour distraire l'autre, pour tenter de lui faire oublier sa peur. Et c'Г©tait en effet son rГґle mais il semblait, bien que s'y employant avec conscience, n'y parvenir pas toujours parfaitement. Avant d'arriver au parc, il avait dГ©veloppГ© divers sujets d'ordre politique, culturel et sexuel, mais sans que son monologue dГ©clenchГўt le moindre Г©change, sans que tout cela s'Г©panouГ®t en conversation. Depuis l'entrГ©e du parc, il projeta un regard giratoire mГ©fiant, des tulipiers de Virginie aux nГ©fliers du Japon: cascade, rochers, pelouses. L'autre paraissait ne regarder rien d'autre que l'intГ©rieur terrorisГ© de lui-mГЄme.

L'autre, qui s'appelait Max Delmarc, dГ©tenait une cinquantaine d'annГ©es. Bien que ses revenus fussent confortables, qu'il fГ»t cГ©lГЁbre aux yeux d'un petit million de personnes et qu'il eГ»t suivi depuis vingt ans toute sorte de cures psychologiques ou chimiques, il Г©tait donc mort de peur et, quand ce sentiment l'envahissait Г  ce point, d'ordinaire il se taisait complГЁtement. Or voici qu'il ouvrit la bouche. J'ai soif, Bernie, dit Max, je crois que j'ai un peu soif, si on passait chez toi? Bernie le considГ©ra gravement. Je crois qu'il ne vaudrait mieux pas, monsieur Max, dit-il, monsieur Parisy n'aimerait pas trop. Et puis vous vous souvenez de l'autre fois. Allons, insista Max, tu habites Г  deux pas, juste un petit verre. Non, dit Bernie, non, mais je peux appeler monsieur Parisy si vous voulez. On peut lui demander. Bon, se rГ©signa Max, laisse tomber.

Mais comme il venait d'apercevoir à gauche un édicule où se vendaient des gaufres, des boissons fraîches et des cordes à sauter, il marcha fermement vers cet établissement. Bernie l'ayant suivi, dépassé, précédé vers la carte des consommations affichée près de la caisse, consulta rapidement cette carte avant que Max l'eût rejoint – pas d'alcool, tout va bien. Vous voulez un café, monsieur Max? Non, répondit Max déçu par la lecture de la carte, ça ira. On se remit en marche. On passa devant un buste de Guy de Maupassant surplombant une fille puis, de l'autre côté d'une pelouse, une statue d'Ambroise Thomas accompagné d'une autre fille et, encore au-delà vers l'est, Edouard Pailleron dominant une nouvelle fille de pierre en pâmoison. Il semblait que, dans ce parc, les statues des grands hommes craignissent la solitude car tous avaient une jeune femme à leurs pieds. Et de mieux en mieux, juste après la cascade, c'est pas moins de trois compagnes – l'une d'entre elles ayant perdu ses deux bras – dont avait besoin Charles Gounod. Mais Bernie préféra éviter qu'on passât devant le mémorial de ce compositeur. Pire encore, du plus loin qu'il aperçut, jouxtant l'espace de jeux réservé aux enfants, celui de Frédéric Chopin: nom de Dieu, se dit Bernie, Chopin. Surtout pas Chopin. Il changea précipitamment de direction, faisant faire volteface à Max et détournant son attention en louant la variété, l'abondance et la polychromie de la végétation, précisant le grand âge de l'érable-sycomore et la circonférence du platane d'Orient. Mais regardez un peu, monsieur Max, comme c'est beau, s'enflamma-t-il. Le monde est beau. Le monde est beau, vous ne trouvez pas? Sans ralentir le pas ni lui répondre, Max feignit de jeter un coup d'œil sur le monde et haussa légèrement les épaules. Bon, dit Bernie d'un ton penaud, d'accord. Convenez quand même qu'il est très bien éclairé.

AprГЁs que Bernie eut traГ®nГ© Max dans tous les coins du parc Г  l'exception du secteur Chopin, qu'il eut tentГ© de lui faire admirer le bassin ovale, la pyramide et son pyramidon, puis qu'il eut discrГЁtement consultГ© sa montre, il inflГ©chit le parcours vers une sortie du parc en empruntant l'allГ©e de la Comtesse-de -SГ©gur, le long de laquelle se tenait assis Alfred de Musset. Aucun problГЁme avec Musset, sauf que manquait aussi le bras droit de la jeune personne qui, penchГ©e sur lui, posait sa main gauche sur l'Г©paule gauche d'Alfred.

Dix-neuf heures trente-cinq, fin de printemps hésitante mais le soleil était toujours présent. Ce fut devant son coucher prochain, en empruntant l'avenue Van-Dyck vers l'ouest, que les deux hommes quittèrent le parc. Depuis sa tentative de boire un verre, Max n'avait plus desserré les dents pendant que Bernie, tenant étroitement son rôle, ne cessait de lui parler en le surveillant. Max ne s'était éloigné de lui que deux ou trois minutes, discrètement, le temps d'aller vomir de peur derrière un chêne de Hongrie. Mais, comme il avait déjà vomi deux fois depuis le début de l'après-midi, ce n'était plus que de la bile qui lui venait dans une succession de spasmes extrêmement douloureuse. Maintenant, sortis du parc, ils remontèrent une contre-allée de l'avenue Hoche, empruntèrent la première à droite – au coin de laquelle se trouvait un bar: Max tenta encore d'inviter Bernie à y entrer, Bernie refusa silencieusement – puis quelques mètres encore et c'était là, au 252. On y était.

On entra. Escaliers, corridors, passages, portes qu'on ouvrait et refermait jusqu'Г  parvenir dans un vaste espace sombre encombrГ© de cordages, de poulies, de grandes caisses ouvertes et de meubles dГ©placГ©s. Dans l'air flottait une rumeur de houle ou de foule. Il Г©tait alors vingt heures trente pile, Max venait d'Гґter son impermГ©able et soudain, quand il s'y attendait le moins, Bernie le poussa vivement dans le dos au-delГ  d'un rideau, et la houle se transforma aussitГґt en tempГЄte et il Г©tait lГ , le piano.

Il Г©tait lГ , le terrible Steinway, avec son large clavier blanc prГЄt Г  te dГ©vorer, ce monstrueux dentier qui va te broyer de tout son ivoire et tout son Г©mail, il t'attend pour te dГ©chiqueter. Manquant de broncher sous la poussГ©e de Bernie, Max se rГ©tablit de justesse et, noyГ© sous la trombe d'applaudissements de la salle comble qui s'Г©tait levГ©e pour l'accueillir, se dirigea en titubant et suffoquant vers les cinquante-deux dents. Il s'assit devant, le chef brandit sa baguette, le silence se fit aussitГґt et voilГ , c'est parti, je n'en peux plus. Ce n'est pas une vie. Quoique n'exagГ©rons rien. J'aurais pu encore naГ®tre et finir Г  Manille, vendeur de cigarettes Г  l'unitГ©, cireur Г  BogotГў, plongeur Г  Decazeville. Allons-y donc puisque on est lГ , premier mouvement, maestoso, du Concerto nВ°2 en fa mineur, op.21, de FrГ©dГ©ric Chopin.

2.

Depuis la salle, mГЄme depuis le premier rang, personne ne s'imagine que c'est si difficile. Г‡a paraГ®t mГЄme aller de soi.

Et de fait, pour Max, cela va très vite rouler tout seul. Une fois que l'orchestre s'est mis à dévider la longue introduction, il s'est un peu tranquillisé. Puis dès que c'est à lui, dès qu'il est entré dans le mouvement, tout va mieux. Sa peur s'est assoupie au bout de quelques mesures, puis elle s'est évanouie dès la première fausse note – une bonne fausse note, dans un passage véloce, de celles qui se fondent dans la masse et ne comptent pas. Une fois qu'elle est arrivée, Max se sent libéré. Il a maintenant la situation en main, il se promène, il est à son affaire. Chaque demi-ton lui parle, chaque soupir est juste, les suites d'accords se posent comme des oiseaux danseurs, il aimerait bien que ça ne s'arrête plus mais voilà, fin du premier mouvement. Pause. Tout le monde y va de sa petite toux en attendant le suivant, on se racle la gorge, on boute le mucus hors de ses bronches polluées, chacun s'éclaircit comme il peut la colonne d'air et c'est parti pour le deuxième mouvement, larghetto: lent, méditatif, extrêmement exposé, pas question de se tromper, Max ne se trompe pas une fois, tout ça passe comme une lettre à la poste. On tousse encore un peu puis c'est le troisième, un allegro vivace élégant, tu vas voir comment je vais t'expédier ça, aïe une deuxième fausse note vers la mesure 200, je dérape toujours au même endroit dans le final, mais là encore c'est pris dans le mouvement, il n'ont toujours rien vu, on y arrive, on y est presque, descente et montée chromatiques, quatre ponctuations d'orchestre, deux accords conclusifs et voilà, c'est réglé, bravo, salut, bravo, rideau, bravo, pas de rappel, fin de l'histoire.

Fourmillant de fatigue mais ayant tout oublié de sa peur, Max monta vers sa loge qu'encombraient des bouquets. Mais qu'est-ce que c'est que ces fleurs, s'énerva-t-il, tu sais bien que je ne supporte pas, bazarde-moi tout ça. Oui oui, dit Bernie qui ramassa prestement les bouquets puis fila surchargé comme un corbillard pendant que Max tombait sur sa chaise, devant une console désordonnée surmontée d'un miroir au fond duquel, dans l'ombre, Parisy s'épongeait le cou à l'aide d'un Kleenex en boule. Ah, dit Max sans se retourner, tout en s'apprêtant à déboutonner sa chemise, vous êtes là. C'était excellent, sourit l'impresario. Je sais, dit Max, je crois. Mais je n'ai plus tellement envie de le jouer, ce truc, je le connais trop. Et puis la partition d'orchestre est assez faible, quand même, ça se voit tellement que Chopin n'était pas bon pour ça. Et puis d'une manière générale j'en ai un peu marre des orchestres. Et comme il défaisait le bouton du haut, celui-ci sauta de la chemise pour aller se loger dans le désordre de la console. De toute façon, dit Parisy en s'approchant, vous n'avez plus que des récitals avant l'été, vous savez. Berlin.


Еще несколько книг в жанре «Современная проза»

Chocolat, Joanne Harris Читать →